Archives de catégorie : La vie du GIS

Des nouvelles du PIA 3

Le Journal officiel a publié une convention datée du 29 décembre 2017 entre l’État et la Caisse des dépôts et consignations relative au programme d’investissements d’avenir (action « Territoires d’innovation pédagogique »)

Cette action serait dotée d’un financement conséquent (500 millions d’euros) ; cependant le texte indique que le financement « peut être modifié en tout ou partie à la hausse comme à la baisse » sur décision du Premier ministre.

Trois axes principaux sont cités :

  • « la préparation à l’entrée dans l’enseignement supérieur »,
  • « les ESPE du futur »,
  • les « Campus des métiers ».

D’autres actions sont prévues en faveur de la réussite des élèves, finançant « des initiatives d’éducation, particulièrement au numérique et par le numérique ».

Il s’agit de susciter des adaptations du système scolaire, en particulier

  • « pour exploiter le potentiel pédagogique des outils numériques et adapter les contenus et les pratiques d’enseignement aux mutations induites par ce nouvel environnement dès les premières années d’apprentissage (primaire), afin de lutter efficacement contre le décrochage ;
  • pour accompagner et le cas échéant accélérer les évolutions de l’enseignement professionnel et technologique (en particulier les lycées professionnels) ;
  • pour sensibiliser aux outils et aux usages du numérique ».

Le lancement de l’appel à projet est prévu au premier trimestre 2018 avec une sélection et une contractualisation avec les lauréats en septembre 2018.

Ce projet peut intéresser directement le GIS, qui pourrait être force de proposition pour fédérer des consortiums. Si vous souhaitez soumettre un projet dans le cadre du PIA, le bureau du GIS vous propose de recueillir vos intentions de projets afin de vous aider à construire votre consortium au sein du GIS, ou en vous signalant des points de convergence entre différents projets dont nous aurions connaissance.

Le bureau

Journée doctorale Gis2if — Cirel

À la suite des journées d’études organisées à l’occasion de la publication de l’ouvrage Industrialiser l’éducation. Anthologie commentée (1913-2012), puis des 1ères journées du GIS de juin 2017, le bureau du GIS souhaite soutenir les doctorant·e·s des laboratoires membres et impulser des échanges entre équipes ainsi qu’entre chercheur·e·s novices et confirmé·e·s.

À l’occasion du colloque « e-formation des adultes et des jeunes adultes » qui aura lieu du 21 au 23 mars 2018 au Learning Center de l’Université de Lille, sous l’égide du laboratoire Cirel et des ses équipes internes (Trigone, Proféor, Théodile) une journée d’étude consacrée aux jeunes chercheur·e·s — doctorant·e·s en particulier — se tiendra la veille du colloque, le 20 mars 2018.

Les propositions de contribution, présentées sous la forme d’un document d’une page faisant apparaître clairement la question de départ, le cadre théorique utilisé, la problématique, la méthodologie de recueil et d’analyse de données, les premiers résultats obtenus et une bibliographie succincte, sont à adresser au Gis 2IF avant le 15 février 2018.

Ces propositions s’inscriront dans les thématiques structurant le GIS 2IF :

  1. Tendances actuelles dans la conception de ressources éducatives.

  2. Perspectives actuelles de l’industrialisation et de la marchandisation et relation entre industries culturelles et industries éducatives.

  3. Transformation des modes de gouvernance dans l’enseignement supérieur.

  4. Le numérique comme domaine de formation et de culture, littératie et culture numérique.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : bureau2if@gmail.com

Grâce au soutien du Cirel et des équipes internes, les doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s pourront bénéficier de la gratuité d’inscription au colloque « e-formation des adultes et des jeunes adultes ».

Texte de l’appel : Journée doctorale CIREL — Gis2if

Compte rendu de l’Assemblée générale du GIS, 19 juin

Les lignes qui suivent présentent le relevé de décisions de l’Assemblée générale du GIS le 19 juin 2017

Procédure de signature de la convention fondatrice du GIS

Compte-tenu du nombre d’unités de recherche ayant demandé à faire partie du Gis (plus de 30), la signature de la convention avec l’ensemble des universités impliquées va prendre beaucoup de temps. Il est proposé que, dans un premier temps, la convention soit signée par les établissements représentés dans le bureau du Gis. Il sera ensuite plus aisé de proposer un avenant à la convention pour chaque établissement. Cette solution permet d’acter plus rapidement la création du Gis.

Continuer la lecture de Compte rendu de l’Assemblée générale du GIS, 19 juin

Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ? (table ronde animée par Éric Auziol et Françoise Thibault)

L’industrialisation de l’éducation
4e table ronde : Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ?
(animée par Éric AUZIOL et Françoise THIBAULT)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 5 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? (table ronde animée par Claude DEBON et Didier PAQUELIN)

L’industrialisation de l’éducation
3e table ronde : La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? 
(animée par Claude DEBON et Didier PAQUELIN)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 4 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Une industrialisation, des modalités ? (table ronde animée par Yolande COMBES et Laurent PETIT)

L’industrialisation de l’éducation
2e table ronde : Une industrialisation, des modalités ?
(animée par Yolande COMBES et Laurent PETIT)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 3 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ? (table ronde animée par Gaëtan TREMBLAY et Pierre MŒGLIN)

L’industrialisation de l’éducation
1ère table ronde : Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ?
(animée par Gaëtan TREMBLAY et Pierre MŒGLIN)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 2 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

L’industrialisation de l’éducation – Introduction de la journée d’études

L’industrialisation de l’éducation
Accueil, Introduction de la journée d’études Françoise THIBAULT et Pierre MŒGLIN

 

Source : L’industrialisation de l’éducation – 1 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Table ronde animée par Pascal Roquet

Christine Barats, Université Paris Descartes et Céditec, Université Paris Est Créteil
Emilie Née, Céditec, Université Paris Est Créteil

 

La multiplication de dispositifs et de pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), comme par exemple les classements académiques, les labels ou les rapports d’évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) invite à examiner les discours qui les portent, tout autant que les mécanismes de leur déploiement et de leur institutionnalisation (Paradeise, 2012 ; Mignot-Gérard, Sarfati, 2015). Il est important de rappeler que les pratiques d’évaluation dans l’ESR sont anciennes et variées (Gingras, 2014), que ce soit du point de vue de leurs modalités de mise en œuvre ou des situations dans lesquelles elles s’inscrivent (habilitation de formations, évaluation d’unités de recherche, de projets de recherche, etc.). Le CNE (Comité national d’évaluation), première instance ad hoc en charge de l’évaluation, a ainsi été créé en 1984. Les pratiques d’évaluation se sont cependant intensifiées au cours des années 2000 avec la création, en 2005, de l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche) pour le financement et l’évaluation de projets de recherche, puis la création en 2006 de l’AERES pour l’évaluation des formations et des équipes de recherche, devenue HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) en 2013.

Christine Musselin note ainsi une agencification de l’ESR, avec la création d’instances d’évaluation, symboliquement désignées par le terme « d’agence », dans des systèmes où ce type d’instance n’existait pas (Musselin, 2017 : 107). Ces transformations se traduisent par une  séparation stratégique entre l’autorité de tutelle et les agences en charge de l’opérationnel, ces dernières exerçant un micro-management basé sur la compétition et la sélection.

Continuer la lecture de Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000

Christine Barats, Céditec (EA 3119), Université Paris Est Créteil, Université Paris Descartes
Julie Bouchard, Labsic (EA 1803), Université Paris 13

Que ce soit à l’échelle nationale ou à l’échelle européenne, les classements académiques se sont multipliés dans les années 2000, dans un contexte marqué par des réformes portant sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) (Musselin, 2009, 2017 ; Garcia, 2009 ; Vilkas, 2009 ; Ravinet, 1998, 2011). Si les recherches se sont centrées sur les méthodologies des classements, plus rares en revanche sont les travaux attachés aux conditions de production, de diffusion et de mise en débat des classements académiques.

Continuer la lecture de Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000