AAC – Colloque Innovation 2018, HEP VAUd, « Innovation et recherche : métamorphose de la formation enseignante ? » 15-16 février 2018 à HEP Vaud à Lausanne (Suisse)

Présentation du Colloque Innovation 2018

Présentation :

Certaines métamorphoses cherchant à améliorer le monde passent par l’innovation (Morin, 2010). Dans
notre société, l’innovation est un thème central touchant à de nombreux domaines (Fagerberg, 2013),
engendrant un défi aussi bien pour les individus que pour les institutions qui cherchent à se transformer
généralement dans l’optique d’une amélioration. L’éducation et la formation n’échappent pas à
l’exception, mais non sans parfois passer par des difficultés. Questionner l’innovation, comme intention
de transformation, devient dès lors nécessaire pour mieux comprendre et analyser ce processus. La
recherche peut-elle être une piste possible parmi d’autres pour soutenir ce questionnement dans un esprit
critique et distancié ?

Informations pratiques

Dates du colloque : 15-16 février 2018
Lieu : HEP Vaud à Lausanne (Suisse)
1 juillet 2017 : dernier délai pour la soumission des propositions de communication.
4 septembre 2017 : retour des évaluations.
Frais d’inscription avec les deux repas du midi : 200 CHF.
Frais d’inscription pour les étudiant.e.s : 80 CHF.
Soirée récréative du 15 février 2018 : 65 CHF.
Consignes pour l’envoi des propositions
Les propositions de communication sont à envoyer à partir du 29 mai à l’adresse suivante :
https://www.conftool.com/hepvd-innovation2018/
Pour tout complément d’informations, veuillez vous adresser à : innovation2018@hepl.ch

Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ? (table ronde animée par Éric Auziol et Françoise Thibault)

L’industrialisation de l’éducation
4e table ronde : Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ?
(animée par Éric AUZIOL et Françoise THIBAULT)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 5 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? (table ronde animée par Claude DEBON et Didier PAQUELIN)

L’industrialisation de l’éducation
3e table ronde : La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? 
(animée par Claude DEBON et Didier PAQUELIN)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 4 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Une industrialisation, des modalités ? (table ronde animée par Yolande COMBES et Laurent PETIT)

L’industrialisation de l’éducation
2e table ronde : Une industrialisation, des modalités ?
(animée par Yolande COMBES et Laurent PETIT)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 3 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ? (table ronde animée par Gaëtan TREMBLAY et Pierre MŒGLIN)

L’industrialisation de l’éducation
1ère table ronde : Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ?
(animée par Gaëtan TREMBLAY et Pierre MŒGLIN)

Source : L’industrialisation de l’éducation – 2 – Fondation maison des sciences de l’homme – Vidéo – Canal-U

Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Table ronde animée par Pascal Roquet

Christine Barats, Université Paris Descartes et Céditec, Université Paris Est Créteil
Emilie Née, Céditec, Université Paris Est Créteil

 

La multiplication de dispositifs et de pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), comme par exemple les classements académiques, les labels ou les rapports d’évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) invite à examiner les discours qui les portent, tout autant que les mécanismes de leur déploiement et de leur institutionnalisation (Paradeise, 2012 ; Mignot-Gérard, Sarfati, 2015). Il est important de rappeler que les pratiques d’évaluation dans l’ESR sont anciennes et variées (Gingras, 2014), que ce soit du point de vue de leurs modalités de mise en œuvre ou des situations dans lesquelles elles s’inscrivent (habilitation de formations, évaluation d’unités de recherche, de projets de recherche, etc.). Le CNE (Comité national d’évaluation), première instance ad hoc en charge de l’évaluation, a ainsi été créé en 1984. Les pratiques d’évaluation se sont cependant intensifiées au cours des années 2000 avec la création, en 2005, de l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche) pour le financement et l’évaluation de projets de recherche, puis la création en 2006 de l’AERES pour l’évaluation des formations et des équipes de recherche, devenue HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) en 2013.

Christine Musselin note ainsi une agencification de l’ESR, avec la création d’instances d’évaluation, symboliquement désignées par le terme « d’agence », dans des systèmes où ce type d’instance n’existait pas (Musselin, 2017 : 107). Ces transformations se traduisent par une  séparation stratégique entre l’autorité de tutelle et les agences en charge de l’opérationnel, ces dernières exerçant un micro-management basé sur la compétition et la sélection.

Dans le prolongement de travaux en science politique (Gozlan, 2016) et en sociologie (Pontille, Torny, 2010, 2012 ; Agulhon, 2013), les rapports rédigés par les comités d’experts de l’AERES et adressés aux laboratoires de recherche après expertise constituent un matériel d’investigation pour examiner comment se dit et se pratique l’évaluation. Ces rapports sont en effet à la fois le produit et le résultat d’un processus qui s’inscrit dans la durée et qui se caractérise par la production de nombreux documents en amont et en aval de la visite effectuée par le comité d’experts. Ce processus long s’accompagne de moments clefs où interagissent les acteurs (réunions, séminaires) que ce soit au niveau de l’AERES ou au niveau des entités évaluées qui préparent les documents nécessaires à l’évaluation. Tout au long du processus circulent différents types d’écrits (textes de cadrage, documents transmis par les entités évaluées…) qui disent et font l’évaluation. C’est également un instrument d’imposition -ou non-, d’indicateurs (rythme de publication, type de publication etc.) et de pratiques qui sont valorisés par l’AERES, devenue HCERES. Comme outil d’évaluation normalisé et normalisant, le rapport AERES découle d’une grille de lecture préétablie ainsi que d’une conception de la recherche qui se matérialise et s’observe dans le plan adopté pour rédiger les rapports, la thématisation de certains aspects (nombre de publications, par exemple) et le choix d’un lexique spécifique adossé à des indicateurs (« publiants », « rayonnement »).

A partir d’un corpus de rapports, nous menons une étude socio-discursive afin d’examiner l’évolution dans le temps de ces descriptions-prescriptions en confrontant différentes vagues d’évaluation, celles de 2008-2010 et celles de 2012-2014. L’accent porte sur les régularités et les variations discursives qui caractérisent l’évaluation dans ce type de rapport. Il s’agit de mettre au jour leurs caractéristiques tout en tenant compte du profil des acteurs qui les rédigent. L’étude proposée tient également compte du poids des disciplines et de leurs logiques internes (Gozlan, 2016). Il s’agit aussi d’observer d’éventuelles variations ou discordances. Catherine Agulhon a ainsi noté dans le cas de l’évaluation de formations « des appréciations contradictoires pour des situations semblables : ici on reprochera un manque d’intervenants professionnels, là on trouvera qu’il y en a trop. Ici on trouvera que la formation est trop pragmatique, trop spécialisée, là au contraire qu’elle est trop générale, que ses objectifs ne sont pas assez ciblés. Ces discordances démontrent le manque de précisions des objectifs. On constate ainsi une certaine labilité de l’évaluation, mais aussi des jugements qui se basent sur des a priori temporaires et implicites. » (Agulhon, 2013 : 141).

C’est pourquoi, nous appréhendons les rapports comme le résultat d’un processus de dialogue et de négociation inscrit dans la durée, et également comme le fruit d’un rituel engageant les évaluateurs (i.e. le « comité d’experts ») et les évalués.

Références bibliographiques

AGULHON Catherine, « La mesure en éducation, un outil au service du politique », L’orientation scolaire et professionnelle, N°35/3, 2006, pp. 315-366.

AGULHON Catherine, « Accréditation-habilitation dans l’enseignement supérieur : de la distinction à la sanction », Carrefours de l’éducation, 2013/2, N°36, pp. 131-148.

BARATS Christine,  « Textes numériques ou sur le numérique : rhétorique de l’internationalisation et « attractivité » des universités parisiennes », In Acteurs et contextes des discours universitaires, Tome 2, L’Harmattan, 2009, pp. 209-225.

GLAUDES Pierre, « L’évaluation de la production scientifique en France par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur », Mélanges de la Casa de Velázquez, N°44-2, 2014, mis en ligne le 15 novembre 2014, URL : http://mcv.revues.org/5858

MUSSELIN Christine, La longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

OGER Claire et OLLIVIER-YANIV Caroline, « Conjurer le désordre discursif. Les procédés de « lissage » dans la fabrication du discours institutionnel », Mots. Les langages du politique N°81, 2006, pp. 63-77.

DARDY Claudine, DUCARD Dominique, MAINGUENEAU Dominique, Un genre universitaire. Le rapport de soutenance de thèse, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

ESPELAND Wendy & SAUDER Michael, « Rankings and Reactivity: How Public Measures Recreate Social Worlds », American Journal of Sociology, nº 1, vol. 113, 2007, pp. 1-40.

GOZLAN Clémentine, « Les sciences humaines et sociales face aux standards d’évaluation de la qualité académique. Enquête sur les pratiques de jugement dans une agence française », Sociologie, Vol 7, 2016/3, pp. 261-280.

MIGNOT-GERARD Stéphanie, SARFATI François, « Dispositif de jugement sur la qualité ou instrument de construction de la réputation ? Le cas d’un classement universitaire », Terrains et travaux, nº 26, 2015, pp. 167-195.

MUSSELIN Christine, La longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

NEE Emilie, OGER Claire, SITRI Frédérique (sous presse), « Le rapport : opérativité d’un genre hétérogène », in NEE E., OGER C., SITRI F. (coord.), Le rapport, entre description et prescription, Mots, n°114, parution prévue en juillet 2017.

NEE Emilie, SITRI Frédérique, VENIARD Marie, FLEURY Serge (sous presse), « Routines discursives et séquentialité dans des écrits professionnels : la mise au jour d’une séquence évaluative ? », Corpus, n°15 – « Segments et séquences textuelles : méthodologie et caractérisation », M. Bendinelli éd.

OGER Claire et OLLIVIER-YANIV Caroline, « Conjurer le désordre discursif. Les procédés de « lissage » dans la fabrication du discours institutionnel », Mots. Les langages du politique N°81, 2006, pp. 63-77.

PARADEISE Catherine, « Universités. Un marché mondial de la connaissance », Cahiers français, N°367, 2012, pp. 57-64.

PONTILLE David, TORNY Didier, 2015, «From Manuscript Evaluation to Article Valuation: The Changing Technologies of Journal Peer Review», Human Studies, 38, pp.57-79.

PONTILLE David, TORNY Didier, «Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES», Quaderni, 2012, pp.11-24

STAVROU Sofia, « Des discours politiques au discours de l’évaluation. Autour de la réforme des formations universitaires », Mots. Les langages du politique, n°102, juillet 2013, ENS Editions, pp. 85-102.

STAVROU Sofia, « La « professionnalisation » comme catégorie de réforme à l’université en France », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 3, 2011, pp.93-109.

VATIN François, (2013). « Évaluer et valoriser », in Vatin F. (dir.), Évaluer et valoriser, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 17-37.

Premières journées du GiS2IF (Programme prévisionnel)

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
19 et 20 juin 2017

Organisation pratique des journées

19 juin

9h30 – 10h00 : Accueil – petit déjeuner

10h00 – 10h15 : Introduction des premières journées du GiS2IF

10h15 – 10h45 : Le point sur la situation de la recherche sur l’éducation

10h45 – 11h00 : Pause

11h00 – 12h00 : Conférence invitée d’Andrew Feenberg

12h00 – 13h00 : Pause déjeuner (buffet)

13h00 – 15h30 : Table ronde no1
Quelles tendances dans les processus de conception de ressources éducatives ? Table ronde animée par Aude Seurrat

ACTé (intervenant à préciser). Conception de ressources et évaluation des usages : quelles mutations en éducation et en formation ?
EducTice, C. Loisy. Quelle méthodologie de recherche collaborative sur la conception des ressources ?
LIDILEM, E. Nissen. Vers une
réingénierie de dispositifs de formation ?
Cirnef (intervenant à préciser). Les nouvelles figures de l’usager à l’université, à l’heure de l’éclatement de l’espace, du temps. Vers une personnalisation du service rendu ?

15h30 – 15h45 : Pause

15h45 – 17h15 : Table ronde no2
Perspectives actuelles de l’industrialisation et de la marchandisation, relation industries culturelles/éducatives. Table ronde animée par Laurent Petit

Cimeos, T. Hulin. De la massification au co-design, un changement actuel de paradigme dans l’industrialisation de la formation ?
GRESEC, V. Bullich. Les plateformes Web et les ressources numériques spécifiques, vers un développement d’enseignements médiatisés à l’université ?
GRIPIC, C. Marti. Quand les marques font la leçon. Jeux et enjeux d’une auctorialité en milieu scolaire.
LabSIC, Y. Combès. Quelles logiques président à la montée en puissance des plates-formes ?

17h15 – 17h30 : Pause

17h30 – 18h30 : Assemblée Générale

(Gouvernance et élections, budgets, projets, communication, prix de thèse, contrat post-doc, journées doctorales)

18h30 : Coquetèle

20 juin

09h00 – 9h30 : Accueil – petit déjeuner

9h30 – 11h00 : Table ronde no3
Transformation des modes de gouvernance dans l’enseignement supérieur. Table ronde animée par Pascal Roquet

Céditec (intervenant à préciser). Discours de l’évaluation : analyse des rapports de l’AERES?
LabSIC, J. Bouchard. La palmérisation médiatique du monde académique.
LAREQUOI, A. Ewango-Chatelet. L’innovation en éducation supérieure : un outil de stratégie dans les universités contemporaines ?
ECP (intervenant à préciser). Quelle place pour l’analyse de traces d’activités à l’université ?

11h00 – pause

11h30 – 13h00 : Table ronde no4
Le numérique comme domaine de formation et de culture ? Table ronde animée par Georges-Louis Baron

Labo de didactique des sciences, Patras, V., Komis. Robotique et programmation informatique à l’école primaire : contextes, compétences et outils
GERiiCO, F. Thiault. Apprendre avec le numérique : un nouveau modèle d’accès et de production des savoirs ?
I3M (intervenant à préciser). Quelle appropriation des technologies numériques à l’école en termes d’enjeux et de démarches ?
CREN, P. Cottier. Le numérique au lycée, une entrée par l’activité.

13h00 – 14h00 : Pause déjeuner (buffet)

14h00 – 16h00 : Perspectives pour le GiS2IF

 

 

Adresse :
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord,
20 Avenue George Sand,
93210 Saint-Denis
Métro ligne 12 : « Front populaire »

Inscription libre mais obligatoire pour tous les participants et intervenants jusqu’au 12 juin 2017 en communiquant les informations suivantes à l’adresse bureau2if@gmail.com : Nom, Prénom, fonction, institution, adresse mail.

Pièces jointes :
Programme

 

Appel à contribution

Les premières journées du GiS2IF

(Innovation, Interdisciplinarité, Formation)
les 19 et 20 juin 2017
à Paris*

 

L’objectif de ces premières journées est de :

  • Marquer le lancement du GiS2IF
  • Présenter les différents laboratoires participant au Gis et leurs recherches
  • Disposer de temps d’échanges scientifiques
  • Identifier les perspectives et les projets

A cette occasion, se tiendra également l’assemblée générale annuelle du Gis.

Le programme repose sur des tables rondes. Elles traiteront des thèmes suivants correspondant à l’orientation scientifique du Gis :

  • Perspectives actuelles de l’industrialisation, de la marchandisation et des relations industries éducatives/industries culturelles
  • Transition, « culture(s) numérique(s) », formation au « numérique »
  • Mutations des modes de gouvernance, management, classements internationaux et concurrences entre établissements
  • Mutations des processus de design, conception et de création de ressources éducatives
  • Évolution des professionnalités, formation des cadres
  • Nouvelles figures de l’usager

Les contributions sont attendues pour le 7 avril 2017. Chaque structure participante envoie une courte proposition écrite (1550 à 2000 signes, espace compris, comprenant titre, résumé et courte bibliographie) sur un des thèmes énoncés ci-dessus.

La proposition est à envoyer à l’adresse suivante : bastien.louessard [at] gmail.com

Le programme sera établi par le bureau du Gis à partir des propositions reçues.

Pour plus d’informations : bastien.louessard [at] gmail.com

Organisation : le bureau du Gis (Georges-Louis Baron (directeur), Thibaud Hulin, Isabelle Pailliart (directrice-adjointe), Laurent Petit (directeur-adjoint), Pascal Roquet, Aude Seurrat, Françoise Thibault, Christine Vidal-Gomel)

Site du Gis : http://2if.hypotheses.org/

* Le lieu sera précisé prochainement.

Réflexion autour du texte fondateur GiS 2IF

Le 9 décembre prochain se tiendra, de 9h à 16h30, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris, une journée d’étude consacrée à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation. Cette journée sera le point de départ de la création d’une structure fédérative, interinstitutionnelle et interdisciplinaire que nous proposons d’intituler Groupement d’Intérêt Scientifique 2iF (Innovation, Interdisciplinarité, Formation).

Ce document est une première ébauche destinée à être discutée, amendée et enrichie par ceux qui, dès sa fondation, seront intéressés par le GiS2iF. Nous vous invitons donc à l’examiner et, si la perspective vous intéresse, à nous faire part dès maintenant de vos observations par mail à l’adresse 2if [at] msh-paris.fr ou au plus tard au cours de la séance.

Fichiers joints :

gis2if-v16-11-29

Journée du GiS2iF

Journée de discussions et débats autour de la création d’un GIS consacré à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation

 

Le 9 décembre prochain se tiendra à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris, une journée d’étude consacrée à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation. Cette journée sera le point de départ de la création d’une structure fédérative, interinstitutionnelle et interdisciplinaire que nous proposons d’intituler Groupement d’Intérêt Scientifique 2iF.

Cette structure, à laquelle nous nous efforcerons de faire reconnaître par la tutelle le statut de Gis, aura pour mission de faciliter le repérage, la fédération et la mobilisation des chercheurs, groupes et équipes de recherche travaillant en France et à l’étranger sur les stratégies d’innovation dans la formation et les phénomènes associés, sur les processus d’industrialisation de et dans la formation et sur les modalités d’apprentissage. Elle permettra notamment à ceux qui la rejoindront de nouer entre eux de fructueux échanges d’informations, de développer ensemble des programmes scientifiques et pédagogiques, éventuellement de les faire porter par cette structure, de faire connaître leurs travaux et réalisations au-delà de leur seule communauté disciplinaire, d’acquérir une plus grande visibilité nationale et internationale et de bénéficier des financements et soutiens que les institutions ont l’habitude d’accorder à des structures fédératives.

Cette volonté de regroupement est notamment le fruit de concertations menées durant plusieurs années au sein du Séminaire Industrialisation de la Formation. Elle résulte également d’échanges engagés depuis plusieurs mois avec des collègues intéressés par ce projet de structure et dont certains expriment dès maintenant le souhait d’être associés à sa création.

La journée du 9 décembre 2016, sera ouverte à celles et ceux qui par leurs thématiques de recherche ou leurs missions professionnelles se sentent liés à ces questions et souhaitent participer au GiS2iF. Elle constituera une étape importante à cet égard dans les réflexions sur l’utilité, les missions et le fonctionnement de la future structure.

En amont de cette journée un document sera diffusé et soumis aux collègues susceptibles de nous rejoindre. Ce document sera toutefois une ébauche, un document « martyr », provisoire dans ses grandes lignes comme dans le détail de ses constats et préconisations. Il sera donc discuté, amendé et enrichi par ceux qui, dès sa fondation, seront intéressés par le GiS2iF.

Actions et modalités à envisager

Les initiatives que le Gis aura à prendre ou à soutenir pourront aller, en fonction des besoins et des moyens disponibles, des projets les plus modestes aux actions les plus audacieuses. Par exemple,

  • mise en place et animation d’un réseau de chercheurs autour d’un « carnet de recherche »
  • diffusion d’une lettre d’information et organisation d’un forum
  • organisation de manifestations régulières (universités d’été, journées d’étude…) permettant aux chercheurs et structures impliquées dans le Gis de confronter leurs travaux et projets
  • accueil de réponses fédératives à des appels à projets.
  • Etc.

Quatre types de ressources seront plus spécialement sollicitées

  • financement par les tutelles (ministères, collectivités territoriales) et en provenance de l’ANR…)
  • contribution des unités membres du Gis (notre proposition est de réduire au minimum leur contribution de base et de solliciter leur engagement financier au coup par coup pour des opérations auxquelles elles prendraient part.
  • soutien d’une structure fédérative (localisation, mise à disposition de ressources humaines et techniques)
  • engagement bénévole des responsables et cadres du Gis.

 

Programme provisoire de la journée

9h00 – 9h30 : Accueil des participants

9h30 – 10h30 : Un GIS Pourquoi faire ?
Discutant à confirmer

10h30 – 13h00 : Une approche interdisciplinaire ?
Discussion introduite et animée par Georges Louis Baron (sous réserve) et Éric Bruillard (sous réserve)

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h00 : Des contributions interinstitutionnelles ?
Discussion introduite et animée par Laurent Petit

16h00 – 16h30 : Une feuille de route
Discussion introduite et animée par Françoise Thibault et Pierre Mœglin.

Adresse

Fondation Maison des Sciences de l’Homme,
190 Avenue de France,
75013 Paris

Inscription obligatoire jusqu’au 30 novembre 2016 en communiquant les informations suivantes à l’adresse 2if@msh-paris.fr : Nom, Prénom, fonction, institution, adresse mail.

 

L’industrialisation de l’éducation

Journée d’étude à l’occasion de la publication d’Industrialiser l’éducation. Anthologie commentée (1913-2012), Presses Universitaires de Vincennes, 2016

 

8 décembre 2016

Cette journée d’étude sera consacrée à la valorisation du dernier ouvrage paru du Séminaire Industrialisation de la Formation, Industrialiser de l’éducation. Anthologie commentée (1913-2012), Paris, Presses Universitaire de Vincennes, Septembre 2016. Les échanges autour de cet ouvrage favoriseront la mise en débat de ses thèses et l’exploration de ses pistes les plus fructueuses pour les travaux à venir. Les enregistrements des échanges et les autres traces de (et autour de) la manifestation alimenteront les archives du Sif (dans le cadre du Carnet de recherche du futur GiS2iF, ainsi que sur des sites d’archives ouvertes tels que celui de l’Omic).

Programme prévisionnel

Centrée sur la valorisation de l’ouvrage, la journée du 8 décembre privilégiera la spontanéité des échanges et la diversité des points de vue. Seront donc systématiquement évités les exposé et présentations en forme, au profit de brèves contributions et des réactions qu’elles susciteront immédiatement.

8h45 – 9h00 : accueil des participants (Françoise Thibault)

9h00 – 9h15 : Introduction de la journée d’études (Pierre Mœglin)

9h30 – 11h15 : 1ère table ronde : Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ? (animée par Pierre Mœglin et Gaëtan Tremblay)
avec Alain Derycke (Université Lille 1) et Bernard Miège (Université Grenoble-Alpes).
discutant : Xavier Levoin (Université Paris 13).

11h15 – 13h00 : 2e table ronde : Une industrialisation, des modalités ? (animée par Yolande Combès et Laurent Petit)
avec Gilles Rouet (Université de Cergy-Pontoise), Olivier Weinstein (Université Paris 13)
discutants : Adrian Staii (Université Jean-Moulin-Lyon III), Nathalie Boucher-Petrovic (Université Paris 13).

13h00 – 14h00 : Déjeuner

14h00 – 15h45 : 3e table ronde : La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? (animée par Claude Debon et Didier Paquelin)
avec Annie Jezegou (Université Lille 1), Luc Massou (Université de Lorraine) et Anthippi Potolia (Université Paris-VIII).
discutant : Paul Santelmann (AFPA).

15h45 – 16h00 : Pause-café

16h00 – 17h45 : 4e table ronde : Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ? (animée par Éric Auziol et Françoise Thibault)
avec : intervenants à confirmer
discutant : Aude Seurrat (Université Paris 13).

17h45 – 18h15 : Clôture de la journée et synthèse des tables rondes

Adresse :

Fondation Maison des Sciences de l’Homme,
190 Avenue de France,
75013 Paris

Inscription obligatoire jusqu’au 30 novembre 2016 en communiquant les informations suivantes à journeedusif@gmail.com
(faire figurer « inscription journée d’étude » en objet du mail) : Nom, Prénom, fonction, institution, adresse mail.

Pièces jointes :
Programme de la journée d’étude

Affiche de la journée d’étude

Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Né en 1931, Jean VALÉRIEN entre en 1953 à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé de sciences naturelles en 1957, puis lycée de Meaux, et service militaire au Service Cinématographique des Armées. Il est assistant, puis maître-assistant au Centre audiovisuel de l’E. N. S. de 1960 à 1968. Son objectif est d’intégrer les moyens audiovisuels dans l’enseignement particulièrement dans sa disciplinaire d’origine les sciences naturelles. Il réalise à partir de 1963, 60 films en 16 et 35 mm comme : « le fonctionnement cardiaque », « la structure de la cellule », ou, « du Pelvoux au Viso », puis à partir de 1965, en 8 mm.De 1965 à 1967, il réalise des émissions de télévision scolaire et participe à la réflexion sur les établissements expérimentaux comme l’École Alsacienne et surtout le CES de Marly-le-Roi, aménagé avec un circuit fermé de télévision.En 1968 à 1970, Jean VALÉRIEN est Inspecteur d’Académie à Moulins, soucieux avant la mode, de communiquer, il obtient de la presse locale la publication régulière d’une page sur l’école.De 1969 à 1973, il dirige la Radio Télévision scolaire (RTS, RTS Promotion) à l’Institut Pédagogique National puis à l’Office Français des Techniques Modernes d’Éducation (OFRATEME). La télévision scolaire est alors à son apogée. Durant cette période, la première opération multi-médias (en deux mots à l’époque) est initiée : « la France face à son Avenir »Dans ses fonctions, Jean VALÉRIEN est confronté à des expériences étrangères. Conseil de l’Europe et surtout TV Niger, TV Maroc et TV Côte d’Ivoire avec le complexe audio-visuel de Bouaké.De 1973 à 1980, il quitte le monde de l’École pour celui de la formation des adultes. Il est directeur d’une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations : le Centre d’Études et de Réalisations pour l’Éducation Permanente (CEREP). Il informatise son entreprise.Il rejoint l’administration centrale du ministère de l’Éducation de 1980 à 1983, élaborant des plans audiovisuels et informatiques. Ces réflexions précèdent ce qui deviendra un peu plus tard : le plan Informatique Pour Tous.De 1983 à 1985, chargé de mission auprès du Recteur de l’Académie de Rennes, il impulse des expérimentations de télédistribution et des créations de centre ressource en technologie. De retour à Paris en 1985, il est chargé de mission au Secrétariat d’État à la Communication pour préparer une chaîne éducative de télévision. De 1985 à 1989, Inspecteur de l’Académie de Paris, son secteur de responsabilité englobe l’AIS et les sections internationales.Ayant pris sa retraite, Jean VALÉRIEN est consultant pour le Ministère des Affaires Étrangères, le secrétariat d’État à la Coopération ou pour des organismes internationaux. Il joue un rôle actuellement dans l’appui à la constitution d’associations de parents d’élèves africains, dans l’élaboration de manuels et dans l’utilisation des autoroutes de l’information pour l’enseignement à distance.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Linguiste de formation, Monique Linard, a commencé par enseigner l’anglais dans le Secondaire. Elle est ensuite entrée à l’Université Paris 10 – Nanterre, où elle a poursuivi sa carrière en Sciences de l’Education. Dans les années 70, elle crée une filière d’enseignement et de recherche en pédagogie audiovisuelle. Au début des années 1980, elle s’intéresse aux questions de la connaissance et de l’apprentissage médiatisés par ordinateur. De 1992 à 1995, elle dirige à Lyon-Ecully un laboratoire CNRS de Sciences Humaines et Sociales consacré à divers aspects de la formation et de la communication liés aux TIC. Elle est actuellement Professeur Emérite de l’Université.Extraits vidéos du CD Rom « Une approche multimédia des idées et des personnes ».

Source : Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Professeur de lettre en Tunisie puis Stagiaire à l’ENS Saint Cloud, il utilise des méthodes audiovisuelles en français, à partir de 1963, il intègre la Radio-télévision scolaire puis l’IPN (1), où il est chargé, entre autres, des expérimentations des circuits fermés de télévision, comme celui du collège de Marly le Roi. (2) (3). De 1971 à 1988 il travaillera en particulier avec Henri Dieuzède à l’UNESCO qui joue alors un rôle important dans le développement des systèmes éducatifs des pays nouvellement indépendants (4) (5). Son approche va s’élargir, l’usage des technologies n’étant perçu que comme la résultante d’un système plus large (8) où la pédagogie elle même n’est que la résultante de facteurs objectifs (9). Après sa retraite, souvent avec Jean Valérien, il participera comme consultant auprès de divers organismes internationaux à de nombreux projets éducatifs.(10)

Source : Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi : Formation des enseignants