Réflexion autour du texte fondateur GiS 2IF

Le 9 décembre prochain se tiendra, de 9h à 16h30, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris, une journée d’étude consacrée à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation. Cette journée sera le point de départ de la création d’une structure fédérative, interinstitutionnelle et interdisciplinaire que nous proposons d’intituler Groupement d’Intérêt Scientifique 2iF (Innovation, Interdisciplinarité, Formation).

Ce document est une première ébauche destinée à être discutée, amendée et enrichie par ceux qui, dès sa fondation, seront intéressés par le GiS2iF. Nous vous invitons donc à l’examiner et, si la perspective vous intéresse, à nous faire part dès maintenant de vos observations par mail à l’adresse 2if [at] msh-paris.fr ou au plus tard au cours de la séance.

Fichiers joints :

gis2if-v16-11-29

Journée du GiS2iF

Journée de discussions et débats autour de la création d’un GIS consacré à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation

 

Le 9 décembre prochain se tiendra à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris, une journée d’étude consacrée à la recherche sur les usages et les enjeux du développement des outils et médias dans la formation. Cette journée sera le point de départ de la création d’une structure fédérative, interinstitutionnelle et interdisciplinaire que nous proposons d’intituler Groupement d’Intérêt Scientifique 2iF.

Cette structure, à laquelle nous nous efforcerons de faire reconnaître par la tutelle le statut de Gis, aura pour mission de faciliter le repérage, la fédération et la mobilisation des chercheurs, groupes et équipes de recherche travaillant en France et à l’étranger sur les stratégies d’innovation dans la formation et les phénomènes associés, sur les processus d’industrialisation de et dans la formation et sur les modalités d’apprentissage. Elle permettra notamment à ceux qui la rejoindront de nouer entre eux de fructueux échanges d’informations, de développer ensemble des programmes scientifiques et pédagogiques, éventuellement de les faire porter par cette structure, de faire connaître leurs travaux et réalisations au-delà de leur seule communauté disciplinaire, d’acquérir une plus grande visibilité nationale et internationale et de bénéficier des financements et soutiens que les institutions ont l’habitude d’accorder à des structures fédératives.

Cette volonté de regroupement est notamment le fruit de concertations menées durant plusieurs années au sein du Séminaire Industrialisation de la Formation. Elle résulte également d’échanges engagés depuis plusieurs mois avec des collègues intéressés par ce projet de structure et dont certains expriment dès maintenant le souhait d’être associés à sa création.

La journée du 9 décembre 2016, sera ouverte à celles et ceux qui par leurs thématiques de recherche ou leurs missions professionnelles se sentent liés à ces questions et souhaitent participer au GiS2iF. Elle constituera une étape importante à cet égard dans les réflexions sur l’utilité, les missions et le fonctionnement de la future structure.

En amont de cette journée un document sera diffusé et soumis aux collègues susceptibles de nous rejoindre. Ce document sera toutefois une ébauche, un document « martyr », provisoire dans ses grandes lignes comme dans le détail de ses constats et préconisations. Il sera donc discuté, amendé et enrichi par ceux qui, dès sa fondation, seront intéressés par le GiS2iF.

Actions et modalités à envisager

Les initiatives que le Gis aura à prendre ou à soutenir pourront aller, en fonction des besoins et des moyens disponibles, des projets les plus modestes aux actions les plus audacieuses. Par exemple,

  • mise en place et animation d’un réseau de chercheurs autour d’un « carnet de recherche »
  • diffusion d’une lettre d’information et organisation d’un forum
  • organisation de manifestations régulières (universités d’été, journées d’étude…) permettant aux chercheurs et structures impliquées dans le Gis de confronter leurs travaux et projets
  • accueil de réponses fédératives à des appels à projets.
  • Etc.

Quatre types de ressources seront plus spécialement sollicitées

  • financement par les tutelles (ministères, collectivités territoriales) et en provenance de l’ANR…)
  • contribution des unités membres du Gis (notre proposition est de réduire au minimum leur contribution de base et de solliciter leur engagement financier au coup par coup pour des opérations auxquelles elles prendraient part.
  • soutien d’une structure fédérative (localisation, mise à disposition de ressources humaines et techniques)
  • engagement bénévole des responsables et cadres du Gis.

 

Programme provisoire de la journée

9h00 – 9h30 : Accueil des participants

9h30 – 10h30 : Un GIS Pourquoi faire ?
Discutant à confirmer

10h30 – 13h00 : Une approche interdisciplinaire ?
Discussion introduite et animée par Georges Louis Baron (sous réserve) et Éric Bruillard (sous réserve)

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h00 : Des contributions interinstitutionnelles ?
Discussion introduite et animée par Laurent Petit

16h00 – 16h30 : Une feuille de route
Discussion introduite et animée par Françoise Thibault et Pierre Mœglin.

Adresse

Fondation Maison des Sciences de l’Homme,
190 Avenue de France,
75013 Paris

Inscription obligatoire jusqu’au 30 novembre 2016 en communiquant les informations suivantes à l’adresse 2if@msh-paris.fr : Nom, Prénom, fonction, institution, adresse mail.

 

L’industrialisation de l’éducation

Journée d’étude à l’occasion de la publication d’Industrialiser l’éducation. Anthologie commentée (1913-2012), Presses Universitaires de Vincennes, 2016

 

8 décembre 2016

Cette journée d’étude sera consacrée à la valorisation du dernier ouvrage paru du Séminaire Industrialisation de la Formation, Industrialiser de l’éducation. Anthologie commentée (1913-2012), Paris, Presses Universitaire de Vincennes, Septembre 2016. Les échanges autour de cet ouvrage favoriseront la mise en débat de ses thèses et l’exploration de ses pistes les plus fructueuses pour les travaux à venir. Les enregistrements des échanges et les autres traces de (et autour de) la manifestation alimenteront les archives du Sif (dans le cadre du Carnet de recherche du futur GiS2iF, ainsi que sur des sites d’archives ouvertes tels que celui de l’Omic).

Programme prévisionnel

Centrée sur la valorisation de l’ouvrage, la journée du 8 décembre privilégiera la spontanéité des échanges et la diversité des points de vue. Seront donc systématiquement évités les exposé et présentations en forme, au profit de brèves contributions et des réactions qu’elles susciteront immédiatement.

8h45 – 9h00 : accueil des participants (Françoise Thibault)

9h00 – 9h15 : Introduction de la journée d’études (Pierre Mœglin)

9h30 – 11h15 : 1ère table ronde : Un cadre théorique pour appréhender les phénomènes d’industrialisation de la formation ? (animée par Pierre Mœglin et Gaëtan Tremblay)
avec Alain Derycke (Université Lille 1) et Bernard Miège (Université Grenoble-Alpes).
discutant : Xavier Levoin (Université Paris 13).

11h15 – 13h00 : 2e table ronde : Une industrialisation, des modalités ? (animée par Yolande Combès et Laurent Petit)
avec Gilles Rouet (Université de Cergy-Pontoise), Olivier Weinstein (Université Paris 13)
discutants : Adrian Staii (Université Jean-Moulin-Lyon III), Nathalie Boucher-Petrovic (Université Paris 13).

13h00 – 14h00 : Déjeuner

14h00 – 15h45 : 3e table ronde : La professionnalisation vecteur de l’industrialisation ? (animée par Claude Debon et Didier Paquelin)
avec Annie Jezegou (Université Lille 1), Luc Massou (Université de Lorraine) et Anthippi Potolia (Université Paris-VIII).
discutant : Paul Santelmann (AFPA).

15h45 – 16h00 : Pause-café

16h00 – 17h45 : 4e table ronde : Les politiques publiques au service de l’industrialisation éducative ? (animée par Éric Auziol et Françoise Thibault)
avec : intervenants à confirmer
discutant : Aude Seurrat (Université Paris 13).

17h45 – 18h15 : Clôture de la journée et synthèse des tables rondes

Adresse :

Fondation Maison des Sciences de l’Homme,
190 Avenue de France,
75013 Paris

Inscription obligatoire jusqu’au 30 novembre 2016 en communiquant les informations suivantes à journeedusif@gmail.com
(faire figurer « inscription journée d’étude » en objet du mail) : Nom, Prénom, fonction, institution, adresse mail.

Pièces jointes :
Programme de la journée d’étude

Affiche de la journée d’étude

Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Né en 1931, Jean VALÉRIEN entre en 1953 à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé de sciences naturelles en 1957, puis lycée de Meaux, et service militaire au Service Cinématographique des Armées. Il est assistant, puis maître-assistant au Centre audiovisuel de l’E. N. S. de 1960 à 1968. Son objectif est d’intégrer les moyens audiovisuels dans l’enseignement particulièrement dans sa disciplinaire d’origine les sciences naturelles. Il réalise à partir de 1963, 60 films en 16 et 35 mm comme : « le fonctionnement cardiaque », « la structure de la cellule », ou, « du Pelvoux au Viso », puis à partir de 1965, en 8 mm.De 1965 à 1967, il réalise des émissions de télévision scolaire et participe à la réflexion sur les établissements expérimentaux comme l’École Alsacienne et surtout le CES de Marly-le-Roi, aménagé avec un circuit fermé de télévision.En 1968 à 1970, Jean VALÉRIEN est Inspecteur d’Académie à Moulins, soucieux avant la mode, de communiquer, il obtient de la presse locale la publication régulière d’une page sur l’école.De 1969 à 1973, il dirige la Radio Télévision scolaire (RTS, RTS Promotion) à l’Institut Pédagogique National puis à l’Office Français des Techniques Modernes d’Éducation (OFRATEME). La télévision scolaire est alors à son apogée. Durant cette période, la première opération multi-médias (en deux mots à l’époque) est initiée : « la France face à son Avenir »Dans ses fonctions, Jean VALÉRIEN est confronté à des expériences étrangères. Conseil de l’Europe et surtout TV Niger, TV Maroc et TV Côte d’Ivoire avec le complexe audio-visuel de Bouaké.De 1973 à 1980, il quitte le monde de l’École pour celui de la formation des adultes. Il est directeur d’une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations : le Centre d’Études et de Réalisations pour l’Éducation Permanente (CEREP). Il informatise son entreprise.Il rejoint l’administration centrale du ministère de l’Éducation de 1980 à 1983, élaborant des plans audiovisuels et informatiques. Ces réflexions précèdent ce qui deviendra un peu plus tard : le plan Informatique Pour Tous.De 1983 à 1985, chargé de mission auprès du Recteur de l’Académie de Rennes, il impulse des expérimentations de télédistribution et des créations de centre ressource en technologie. De retour à Paris en 1985, il est chargé de mission au Secrétariat d’État à la Communication pour préparer une chaîne éducative de télévision. De 1985 à 1989, Inspecteur de l’Académie de Paris, son secteur de responsabilité englobe l’AIS et les sections internationales.Ayant pris sa retraite, Jean VALÉRIEN est consultant pour le Ministère des Affaires Étrangères, le secrétariat d’État à la Coopération ou pour des organismes internationaux. Il joue un rôle actuellement dans l’appui à la constitution d’associations de parents d’élèves africains, dans l’élaboration de manuels et dans l’utilisation des autoroutes de l’information pour l’enseignement à distance.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Linguiste de formation, Monique Linard, a commencé par enseigner l’anglais dans le Secondaire. Elle est ensuite entrée à l’Université Paris 10 – Nanterre, où elle a poursuivi sa carrière en Sciences de l’Education. Dans les années 70, elle crée une filière d’enseignement et de recherche en pédagogie audiovisuelle. Au début des années 1980, elle s’intéresse aux questions de la connaissance et de l’apprentissage médiatisés par ordinateur. De 1992 à 1995, elle dirige à Lyon-Ecully un laboratoire CNRS de Sciences Humaines et Sociales consacré à divers aspects de la formation et de la communication liés aux TIC. Elle est actuellement Professeur Emérite de l’Université.Extraits vidéos du CD Rom « Une approche multimédia des idées et des personnes ».

Source : Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Professeur de lettre en Tunisie puis Stagiaire à l’ENS Saint Cloud, il utilise des méthodes audiovisuelles en français, à partir de 1963, il intègre la Radio-télévision scolaire puis l’IPN (1), où il est chargé, entre autres, des expérimentations des circuits fermés de télévision, comme celui du collège de Marly le Roi. (2) (3). De 1971 à 1988 il travaillera en particulier avec Henri Dieuzède à l’UNESCO qui joue alors un rôle important dans le développement des systèmes éducatifs des pays nouvellement indépendants (4) (5). Son approche va s’élargir, l’usage des technologies n’étant perçu que comme la résultante d’un système plus large (8) où la pédagogie elle même n’est que la résultante de facteurs objectifs (9). Après sa retraite, souvent avec Jean Valérien, il participera comme consultant auprès de divers organismes internationaux à de nombreux projets éducatifs.(10)

Source : Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi : Formation des enseignants

Entretien avec Geneviève Jacquinot – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Après un CAPES de lettres modernes et un diplôme de cinéma, Geneviève Jacquinot opte pour l’audiovisuel lors de missions en Afrique et à la radio-télévision scolaire. Elle enseigne ensuite au collège expérimental de Marly le Roy dès 1966 puis participe à la création de Paris 8 (Vincennes). Elle poursuit alors une carrière universitaire dans cette université. A partir de ces diverses expériences et de ses recherches, Geneviève Jacquinot a théorisé dans tous les domaines touchant à l’audiovisuel, image et pédagogie, les limites des expérimentations avec l’audiovisuel dans un système éducatif, le rapport entre innovation et audiovisuel, le statut de l’audiovisuel dans le contexte universitaire de Paris 8. Après plusieurs expériences internationales, elle participe à l’expérimentation de la télévision scolaire en Côte d’Ivoire dont elle analyse les points et les limites durant près de 10 ans, puis enseigne à l’université d’Abidjan.De retour à Paris 8, elle participe aux avancées dans le domaine des technologies éducatives et participe à l’élaboration de théories multiréférencées.

Source : Entretien avec Geneviève Jacquinot – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Entretien avec Max Egly – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Après des études de philosophie à l’ENS Saint Cloud, il intègre le centre audiovisuel et est nommé chargé des études et des recherches, puis il intègre la Radio-télévision scolaire où il travaillera en particulier avec Henri Dieuzède. Il accède ensuite à des responsabilités, mais n’apprécie pas la charge administrative. Son rôle dans l’expérimentation de tv Niger à partir de 1964, où la télévision scolaire est à l’origine d’un développement original de la scolarisation, l’amènera à participer à de nombreux dispositifs de coopération éducative, comme à Bouaké en Côte d’Ivoire, même si ensuite selon ses termes « l’audiovisuel ne fut plus à la mode ».

Source : Entretien avec Max Egly – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi : Le Zéro