Archives de catégorie : Canal Tématice

Il faut bien s’y résoudre malgré de nombreuses déclarations, tout examen des divers écrits sur les médias éducatifs met en évidence la propension de leurs auteurs à s’intéresser aux médias les plus modernes. Canal Tématice a pour ambition d’explorer cette histoire des médias éducatifs et plus précisément de l’audiovisuel éducatif au moyen des images elles-mêmes.

La période retenue, dans une première phase, commence après la seconde guerre mondiale (radio-télévision scolaire, centre audiovisuel de Saint Cloud) et s’achève quarante ans plus tard époque où les autoroutes de l’information et la numérisation commencent à s’imposer sur les scènes politiques et médiatiques. C’est donc une période de 40 ans qui fait, dans un premier temps, l’objet de notre attention

Deux collections sont proposées :

1- Mémoires des TICE : ensemble d’interviews filmés des « grands acteurs » qui ont marqué le domaine

2- Archives en image : ensemble de séquences de films pédagogiques qui témoignent des différents genres et écritures du document pédagogique.

Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Né en 1931, Jean VALÉRIEN entre en 1953 à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé de sciences naturelles en 1957, puis lycée de Meaux, et service militaire au Service Cinématographique des Armées. Il est assistant, puis maître-assistant au Centre audiovisuel de l’E. N. S. de 1960 à 1968. Son objectif est d’intégrer les moyens audiovisuels dans l’enseignement particulièrement dans sa disciplinaire d’origine les sciences naturelles. Il réalise à partir de 1963, 60 films en 16 et 35 mm comme : « le fonctionnement cardiaque », « la structure de la cellule », ou, « du Pelvoux au Viso », puis à partir de 1965, en 8 mm.De 1965 à 1967, il réalise des émissions de télévision scolaire et participe à la réflexion sur les établissements expérimentaux comme l’École Alsacienne et surtout le CES de Marly-le-Roi, aménagé avec un circuit fermé de télévision.En 1968 à 1970, Jean VALÉRIEN est Inspecteur d’Académie à Moulins, soucieux avant la mode, de communiquer, il obtient de la presse locale la publication régulière d’une page sur l’école.De 1969 à 1973, il dirige la Radio Télévision scolaire (RTS, RTS Promotion) à l’Institut Pédagogique National puis à l’Office Français des Techniques Modernes d’Éducation (OFRATEME). La télévision scolaire est alors à son apogée. Durant cette période, la première opération multi-médias (en deux mots à l’époque) est initiée : « la France face à son Avenir »Dans ses fonctions, Jean VALÉRIEN est confronté à des expériences étrangères. Conseil de l’Europe et surtout TV Niger, TV Maroc et TV Côte d’Ivoire avec le complexe audio-visuel de Bouaké.De 1973 à 1980, il quitte le monde de l’École pour celui de la formation des adultes. Il est directeur d’une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations : le Centre d’Études et de Réalisations pour l’Éducation Permanente (CEREP). Il informatise son entreprise.Il rejoint l’administration centrale du ministère de l’Éducation de 1980 à 1983, élaborant des plans audiovisuels et informatiques. Ces réflexions précèdent ce qui deviendra un peu plus tard : le plan Informatique Pour Tous.De 1983 à 1985, chargé de mission auprès du Recteur de l’Académie de Rennes, il impulse des expérimentations de télédistribution et des créations de centre ressource en technologie. De retour à Paris en 1985, il est chargé de mission au Secrétariat d’État à la Communication pour préparer une chaîne éducative de télévision. De 1985 à 1989, Inspecteur de l’Académie de Paris, son secteur de responsabilité englobe l’AIS et les sections internationales.Ayant pris sa retraite, Jean VALÉRIEN est consultant pour le Ministère des Affaires Étrangères, le secrétariat d’État à la Coopération ou pour des organismes internationaux. Il joue un rôle actuellement dans l’appui à la constitution d’associations de parents d’élèves africains, dans l’élaboration de manuels et dans l’utilisation des autoroutes de l’information pour l’enseignement à distance.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Linguiste de formation, Monique Linard, a commencé par enseigner l’anglais dans le Secondaire. Elle est ensuite entrée à l’Université Paris 10 – Nanterre, où elle a poursuivi sa carrière en Sciences de l’Education. Dans les années 70, elle crée une filière d’enseignement et de recherche en pédagogie audiovisuelle. Au début des années 1980, elle s’intéresse aux questions de la connaissance et de l’apprentissage médiatisés par ordinateur. De 1992 à 1995, elle dirige à Lyon-Ecully un laboratoire CNRS de Sciences Humaines et Sociales consacré à divers aspects de la formation et de la communication liés aux TIC. Elle est actuellement Professeur Emérite de l’Université.Extraits vidéos du CD Rom « Une approche multimédia des idées et des personnes ».

Source : Monique Linard – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Professeur de lettre en Tunisie puis Stagiaire à l’ENS Saint Cloud, il utilise des méthodes audiovisuelles en français, à partir de 1963, il intègre la Radio-télévision scolaire puis l’IPN (1), où il est chargé, entre autres, des expérimentations des circuits fermés de télévision, comme celui du collège de Marly le Roi. (2) (3). De 1971 à 1988 il travaillera en particulier avec Henri Dieuzède à l’UNESCO qui joue alors un rôle important dans le développement des systèmes éducatifs des pays nouvellement indépendants (4) (5). Son approche va s’élargir, l’usage des technologies n’étant perçu que comme la résultante d’un système plus large (8) où la pédagogie elle même n’est que la résultante de facteurs objectifs (9). Après sa retraite, souvent avec Jean Valérien, il participera comme consultant auprès de divers organismes internationaux à de nombreux projets éducatifs.(10)

Source : Entretien avec Etienne Brunswic – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi : Formation des enseignants

Entretien avec Geneviève Jacquinot – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Après un CAPES de lettres modernes et un diplôme de cinéma, Geneviève Jacquinot opte pour l’audiovisuel lors de missions en Afrique et à la radio-télévision scolaire. Elle enseigne ensuite au collège expérimental de Marly le Roy dès 1966 puis participe à la création de Paris 8 (Vincennes). Elle poursuit alors une carrière universitaire dans cette université. A partir de ces diverses expériences et de ses recherches, Geneviève Jacquinot a théorisé dans tous les domaines touchant à l’audiovisuel, image et pédagogie, les limites des expérimentations avec l’audiovisuel dans un système éducatif, le rapport entre innovation et audiovisuel, le statut de l’audiovisuel dans le contexte universitaire de Paris 8. Après plusieurs expériences internationales, elle participe à l’expérimentation de la télévision scolaire en Côte d’Ivoire dont elle analyse les points et les limites durant près de 10 ans, puis enseigne à l’université d’Abidjan.De retour à Paris 8, elle participe aux avancées dans le domaine des technologies éducatives et participe à l’élaboration de théories multiréférencées.

Source : Entretien avec Geneviève Jacquinot – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Entretien avec Max Egly – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Après des études de philosophie à l’ENS Saint Cloud, il intègre le centre audiovisuel et est nommé chargé des études et des recherches, puis il intègre la Radio-télévision scolaire où il travaillera en particulier avec Henri Dieuzède. Il accède ensuite à des responsabilités, mais n’apprécie pas la charge administrative. Son rôle dans l’expérimentation de tv Niger à partir de 1964, où la télévision scolaire est à l’origine d’un développement original de la scolarisation, l’amènera à participer à de nombreux dispositifs de coopération éducative, comme à Bouaké en Côte d’Ivoire, même si ensuite selon ses termes « l’audiovisuel ne fut plus à la mode ».

Source : Entretien avec Max Egly – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi : Le Zéro

Le cinéma à l’école – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

A l’intention des enseignants, ce film, réalisé par Robert Lefranc, présente deux exemples de réalisation de films en super 8mm muets à l’école, l’un en fin de primaire, l’autre au collège. Dans une classe de garçons d’école primaire, on décide de faire un film. Le film montre différentes étapes de la réalisation de leur entreprise : choix du sujet : le chêne, écriture du scénario sous forme de dessins qui représentent les différents plans du film, tournage des différentes séquences, montage (utilisation de la colleuse). Enfin les élèves regardent le film terminé sur une visionneuse à manivelle. Dans une classe de collège, un groupe d’élèves fait un film sur la biologie du hamster, on voit la préparation du scénario sous forme d’une succession de dessins. Des instituteurs et des professeurs qui ont participé à cet exercice pédagogiques donnent leurs impressions. Lieux de tournage, la classe, la forêt. Les dessins préparatoires sont présentés, mais pas le film. Les élèves ont répété la leçon avant le tournage de ce film.

 

Source : Le cinéma à l’école – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

>> à voir aussi: Témoignage du réalisateur Robert LEFRANC