Archives de catégorie : Billets

Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Table ronde animée par Pascal Roquet

Christine Barats, Université Paris Descartes et Céditec, Université Paris Est Créteil
Emilie Née, Céditec, Université Paris Est Créteil

 

La multiplication de dispositifs et de pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), comme par exemple les classements académiques, les labels ou les rapports d’évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) invite à examiner les discours qui les portent, tout autant que les mécanismes de leur déploiement et de leur institutionnalisation (Paradeise, 2012 ; Mignot-Gérard, Sarfati, 2015). Il est important de rappeler que les pratiques d’évaluation dans l’ESR sont anciennes et variées (Gingras, 2014), que ce soit du point de vue de leurs modalités de mise en œuvre ou des situations dans lesquelles elles s’inscrivent (habilitation de formations, évaluation d’unités de recherche, de projets de recherche, etc.). Le CNE (Comité national d’évaluation), première instance ad hoc en charge de l’évaluation, a ainsi été créé en 1984. Les pratiques d’évaluation se sont cependant intensifiées au cours des années 2000 avec la création, en 2005, de l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche) pour le financement et l’évaluation de projets de recherche, puis la création en 2006 de l’AERES pour l’évaluation des formations et des équipes de recherche, devenue HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) en 2013.

Christine Musselin note ainsi une agencification de l’ESR, avec la création d’instances d’évaluation, symboliquement désignées par le terme « d’agence », dans des systèmes où ce type d’instance n’existait pas (Musselin, 2017 : 107). Ces transformations se traduisent par une  séparation stratégique entre l’autorité de tutelle et les agences en charge de l’opérationnel, ces dernières exerçant un micro-management basé sur la compétition et la sélection.

Continuer la lecture de Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000

Christine Barats, Céditec (EA 3119), Université Paris Est Créteil, Université Paris Descartes
Julie Bouchard, Labsic (EA 1803), Université Paris 13

Que ce soit à l’échelle nationale ou à l’échelle européenne, les classements académiques se sont multipliés dans les années 2000, dans un contexte marqué par des réformes portant sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) (Musselin, 2009, 2017 ; Garcia, 2009 ; Vilkas, 2009 ; Ravinet, 1998, 2011). Si les recherches se sont centrées sur les méthodologies des classements, plus rares en revanche sont les travaux attachés aux conditions de production, de diffusion et de mise en débat des classements académiques.

Continuer la lecture de Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000

Le numérique comme domaine de formation et de culture ?

Table ronde animée par Georges-Louis Baron

Contribution de Philippe Cottier
Centre de Recherche en Éducation de Nantes.

Quels contenus pour l’enseignement d’une culture numérique ?

Question de vocabulaire

Précisons tout d’abord que j’entends dans la question le numérique comme un champ comprenant les objets techniques mais aussi leurs usages. Dans le cadre de l’enseignement et la formation. J’entends donc l’ensemble des outils numériques et les pratiques associées, y compris donc l’enseignement et la formation.

Je répondrai à cette question en m’appuyant sur quelques travaux menés au sein de notre laboratoire. Notamment la recherche USATICE qui étudie les pratiques numériques au lycée développées par différents acteurs (enseignants, élèves, conseillers principaux d’éducation et chefs d’établissements ; Cottier et Burban, 2016). Plusieurs conclusions, constats et observations peuvent éclairer une proposition quant aux contenus potentiels d’enseignement à une culture numérique.

  • Nos entretiens montrent que les lycéens s’approprient aisément, autant qu’ils le développent, un imaginaire les concernant. Ils se définissent fréquemment comme une génération singulière dotée de compétences numériques qui les distinguent de leurs ainés, parents ou professeurs. Un imaginaire empruntant des termes tels que Digital natives, génération Y, etc., très largement utilisés et reproduits. Des représentations et un imaginaire aussi partagés symétriquement par de nombreux enseignants. Mais ces compétences numériques censées caractériser les jeunes sont alors bien plus évoquées négativement ou de façon critique.
  • Continuer la lecture de Le numérique comme domaine de formation et de culture ?