Tous les articles par cbarats

Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Table ronde animée par Pascal Roquet

Christine Barats, Université Paris Descartes et Céditec, Université Paris Est Créteil
Emilie Née, Céditec, Université Paris Est Créteil

 

La multiplication de dispositifs et de pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), comme par exemple les classements académiques, les labels ou les rapports d’évaluation de l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) invite à examiner les discours qui les portent, tout autant que les mécanismes de leur déploiement et de leur institutionnalisation (Paradeise, 2012 ; Mignot-Gérard, Sarfati, 2015). Il est important de rappeler que les pratiques d’évaluation dans l’ESR sont anciennes et variées (Gingras, 2014), que ce soit du point de vue de leurs modalités de mise en œuvre ou des situations dans lesquelles elles s’inscrivent (habilitation de formations, évaluation d’unités de recherche, de projets de recherche, etc.). Le CNE (Comité national d’évaluation), première instance ad hoc en charge de l’évaluation, a ainsi été créé en 1984. Les pratiques d’évaluation se sont cependant intensifiées au cours des années 2000 avec la création, en 2005, de l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche) pour le financement et l’évaluation de projets de recherche, puis la création en 2006 de l’AERES pour l’évaluation des formations et des équipes de recherche, devenue HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) en 2013.

Christine Musselin note ainsi une agencification de l’ESR, avec la création d’instances d’évaluation, symboliquement désignées par le terme « d’agence », dans des systèmes où ce type d’instance n’existait pas (Musselin, 2017 : 107). Ces transformations se traduisent par une  séparation stratégique entre l’autorité de tutelle et les agences en charge de l’opérationnel, ces dernières exerçant un micro-management basé sur la compétition et la sélection.

Continuer la lecture de Les rapports de l’AERES : dire et faire l’évaluation

Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000

Christine Barats, Céditec (EA 3119), Université Paris Est Créteil, Université Paris Descartes
Julie Bouchard, Labsic (EA 1803), Université Paris 13

Que ce soit à l’échelle nationale ou à l’échelle européenne, les classements académiques se sont multipliés dans les années 2000, dans un contexte marqué par des réformes portant sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) (Musselin, 2009, 2017 ; Garcia, 2009 ; Vilkas, 2009 ; Ravinet, 1998, 2011). Si les recherches se sont centrées sur les méthodologies des classements, plus rares en revanche sont les travaux attachés aux conditions de production, de diffusion et de mise en débat des classements académiques.

Continuer la lecture de Les classements académiques dans l’enseignement supérieur et la recherche : le tournant des années 2000