Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U

Né en 1931, Jean VALÉRIEN entre en 1953 à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé de sciences naturelles en 1957, puis lycée de Meaux, et service militaire au Service Cinématographique des Armées. Il est assistant, puis maître-assistant au Centre audiovisuel de l’E. N. S. de 1960 à 1968. Son objectif est d’intégrer les moyens audiovisuels dans l’enseignement particulièrement dans sa disciplinaire d’origine les sciences naturelles. Il réalise à partir de 1963, 60 films en 16 et 35 mm comme : « le fonctionnement cardiaque », « la structure de la cellule », ou, « du Pelvoux au Viso », puis à partir de 1965, en 8 mm.De 1965 à 1967, il réalise des émissions de télévision scolaire et participe à la réflexion sur les établissements expérimentaux comme l’École Alsacienne et surtout le CES de Marly-le-Roi, aménagé avec un circuit fermé de télévision.En 1968 à 1970, Jean VALÉRIEN est Inspecteur d’Académie à Moulins, soucieux avant la mode, de communiquer, il obtient de la presse locale la publication régulière d’une page sur l’école.De 1969 à 1973, il dirige la Radio Télévision scolaire (RTS, RTS Promotion) à l’Institut Pédagogique National puis à l’Office Français des Techniques Modernes d’Éducation (OFRATEME). La télévision scolaire est alors à son apogée. Durant cette période, la première opération multi-médias (en deux mots à l’époque) est initiée : « la France face à son Avenir »Dans ses fonctions, Jean VALÉRIEN est confronté à des expériences étrangères. Conseil de l’Europe et surtout TV Niger, TV Maroc et TV Côte d’Ivoire avec le complexe audio-visuel de Bouaké.De 1973 à 1980, il quitte le monde de l’École pour celui de la formation des adultes. Il est directeur d’une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations : le Centre d’Études et de Réalisations pour l’Éducation Permanente (CEREP). Il informatise son entreprise.Il rejoint l’administration centrale du ministère de l’Éducation de 1980 à 1983, élaborant des plans audiovisuels et informatiques. Ces réflexions précèdent ce qui deviendra un peu plus tard : le plan Informatique Pour Tous.De 1983 à 1985, chargé de mission auprès du Recteur de l’Académie de Rennes, il impulse des expérimentations de télédistribution et des créations de centre ressource en technologie. De retour à Paris en 1985, il est chargé de mission au Secrétariat d’État à la Communication pour préparer une chaîne éducative de télévision. De 1985 à 1989, Inspecteur de l’Académie de Paris, son secteur de responsabilité englobe l’AIS et les sections internationales.Ayant pris sa retraite, Jean VALÉRIEN est consultant pour le Ministère des Affaires Étrangères, le secrétariat d’État à la Coopération ou pour des organismes internationaux. Il joue un rôle actuellement dans l’appui à la constitution d’associations de parents d’élèves africains, dans l’élaboration de manuels et dans l’utilisation des autoroutes de l’information pour l’enseignement à distance.

Source : Entretien avec Jean Valérien – Canal Tématice – Vidéo – Canal-U


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *